Si vous ne visualisez pas correctement ce message, cliquez-ici

mardi 14 octobre 2014

Bulletin Officiel 27 (*)

Édito

Voici déjà trois mois que j’ai été élue à la présidence du Conseil national de l’Ordre des masseurs-kinésithérapeutes. Sachez que je mesure l’ampleur de la responsabilité qui m’a été confiée et que c’est avec beaucoup de fierté que je représente chacun d’entre vous, chaque jour, dans l’ensemble de mes actions en faveur d’une kinésithérapie en mouvement.

Mon enjeu principal, vous le savez, est de faire que la kinésithérapie soit reconnue à sa juste valeur au sein des autres professions de santé et que les kinésithérapeutes occupent toute la place qu’ils méritent dans le parcours de soins de demain.

C’est dans cette perspective que l’Ordre vient d’organiser, à l’occasion de Journée mondiale de la physiothérapie, le colloque « Science et Kinésithérapie », à l’Académie nationale de médecine à Paris. Placé sous le haut patronage essentiel du ministère de la Santé, cet événement a permis de réaffirmer avec force la nécessité pour la kinésithérapie d’être reconnue comme une science médicale à part entière, et ce en présence de représentants du ministère de la Santé et d’universitaires, partageant clairement la même exigence.

Depuis mon élection, c’est en effet toute mon énergie qui est mobilisée pour mettre en cohérence le rôle croissant de notre profession dans le quotidien des Français et son niveau de reconnaissance par les pouvoirs publics dans le système de santé.

C’est pourquoi nous avons intensifié ces dernières semaines les rencontres institutionnelles pour souligner la nécessité que les études de kinésithérapie soient reconnues par un diplôme de niveau Master et obtenir la généralisation de la Première année commune aux études de santé (PACES).

De la même manière, l’Ordre entend continuer de défendre sans relâche l’indépendance et l’excellence de la kinésithérapie en France. Cela passe aussi par la lutte contre l’exercice illégal qui voit des non kinésithérapeutes effectuer des actes de rééducation y compris dans les établissements de santé.

Cette vision de la kinésithérapie, celle d’une discipline médicale scientifique à forte valeur ajoutée, ouverte sur le monde, vous êtes nombreux à la partager.

Vous pouvez compter sur mon engagement total et celui de mon équipe pour anticiper l’avenir de notre profession. Il ne s’agit pas là d’une revendication corporatiste mais au contraire d’une vision ambitieuse de la politique de santé, qui doit s’aligner sur les meilleurs standards internationaux et les recommandations de la WCPT, dans l’intérêt supérieur de plus d’un million de patients que nous accompagnons chaque jour.

Pascale Mathieu
Présidente

 

Bulletin kine 27 (PDF, 1350 ko)

La Lettre de l'Ordre

Toutes les publications de l'Ordre des masseurs kinésithérapeutes