Si vous ne visualisez pas correctement ce message, cliquez-ici

mardi 06 décembre 2016

Bulletin Officiel 29 (*)

EDITO

Tel a été le sens donné au colloque que nous avons organisé pour célébrer les 70 ans de la kinésithérapie et les 10 ans de l’Ordre.

Nous avons une volonté solidement ancrée et partagée par tous les élus de l’Ordre : adapter la kinésithérapie à son époque. Ne pas vivre dans le passé et dire : c’était mieux avant, mais réfléchir pour proposer toujours mieux. Mieux pour les patients, mieux pour les professionnels qui doivent s’épanouir dans l’exercice de leur profession. C’est une gageure, car nous devons composer avec un environnement mouvant.

L’exercice de la médecine libérale change. De nouvelles compétences sont données aux uns et aux autres, ce qui ne se fait pas toujours facilement, tant la résistance au changement est ancrée dans notre nature. Ainsi on a vu les difficultés liées à la proposition de vaccination par les pharmaciens, à l’importante augmentation du domaine d’intervention des sages-femmes par exemple. Nous sommes conscients des freins, liés justement à l’histoire des professions de santé. Cela ne nous empêche pas d’œuvrer sans relâche pour une évolution de notre profession, car nous sommes convaincus que nous sommes prêts pour devenir une profession médicale à compétences définies. La formation rénovée le permet. La loi de modernisation de notre système de santé du 26 janvier 2016, portée par Madame Marisol Touraine, a profondément modifié la définition de la kinésithérapie qui ne se définit plus selon des actes mais selon les missions de santé publique qu’elle remplit. La feuille de route dévoilée par Monsieur le premier ministre Manuel Valls lors de la grande conférence de santé de février 2016 a ouvert de nouvelles perspectives avec la volonté de voir l’émergence d’un corps d’enseignants chercheurs. C’est pour aider à sa structuration que nous avons mis en place le conseil scientifique du Conseil national qui regroupe des universitaires kinésithérapeutes.

Nous sommes tournés vers l’avenir, et c’est aussi pour cela que nous relayons avec énergie les alertes émanant de nos confrères salariés. Ces derniers mois, le malaise de l’exercice salarié s’est très fortement accentué, les conditions de travail ne font que se dégrader. Or, dans les établissements de santé sont pris en charge les patients les plus fragiles.

L’Ordre s’est clairement positionné pour demander à ce qu’ils bénéficient de soins de kinésithérapie lorsque c’est nécessaire, ce qui n’est plus le cas.

Sacrifier l’exercice salarié, c’est aussi mettre à mal la formation des futurs kinésithérapeutes. C’est enfin ouvrir la porte des hôpitaux à des personnels non formés pour pallier le manque de kinésithérapeutes.

Parce que nous pensons à demain, nous réfléchissons à la démographie et à la répartition des professionnels sur le territoire, pour que chaque patient puisse bénéficier de kinésithérapie s’il en a besoin. Mais cela ne peut se faire sans considérer la libre circulation de nos confrères européens qui, si nous y sommes attachés, ne doit pas mettre la qualité des soins en péril. Sa gestion nous préoccupe et nous continuerons à le faire savoir à nos tutelles. D’autant que viendront s’y greffer l’accès partiel aux professions de santé et la possibilité pour des professionnels européens dont le niveau de formation n’est pas équivalent au notre d’exercer partiellement notre profession. Ce que nous dénonçons absolument, tant cela nous paraît dangereux et absurde de « découper », segmenter une profession, voire des actes.

Parce que nous sommes exigeants, et que nous voulons les meilleurs soins possibles pour nos patients, nous sommes convaincus que la kinésithérapie doit devenir une profession médicale à compétences définies avec une part d’accès direct pour offrir à nos patients des soins répondant à leur exigence de qualité. Tel est le sens de notre action.

PASCALE MATHIEU,
PRÉSIDENTE DU CONSEIL NATIONAL
DE L’ORDRE DES MASSEURS- KINÉSITHÉRAPEUTES.

Bulletin ordre kine n°29 (PDF, 4359 ko)

La Lettre de l'Ordre

Toutes les publications de l'Ordre des masseurs kinésithérapeutes